Grand Angle - Conférence des Grandes Ecoles

Grand Angle

La lettre d'information de la Conférence des Grandes Écoles

N°74
juin 2016

Imprimer la page
Lettres d'informations précédentes

Vers une entreprise agile et inclusive

Face à un environnement macro-économique et géopolitique de plus en plus instable, émerge imperceptiblement un nouveau modèle de société réticulaire qui s’inscrit, comme le soulignent Bruna, Autissier & Peretti (2016)1 , dans une continuité critique avec le modèle moderne d’organisation sociale et productive.

Or, penser les forces et les fragilités d’une société réticulaire encore in fieri invite à en questionner les logiques sociales sous-jacentes, à en déceler les défis en termes de régulation et d’intégration, à en anticiper les impacts stratégiques sur le fonctionnement, la soutenabilité et la performance globale des organisations.

Dans la pénombre, se profile un nouveau modèle de management des entreprises censé réaliser les promesses contradictoires (et encore largement conjecturales) de la postmodernité et réaliser la conciliation de l’agilité et de l’inclusion. Tel est le point de départ de la réflexion que la Chaire « Entreprise Inclusive », nouvellement créée au sein de l’IPAG Business School, a souhaité embrasser, dans le cadre d’un partenariat avec l’Association Française des Managers de la Diversité (AFMD). Cette chaire de recherche-action et de formation se propose d’investiguer les conditions d’un agir agile et inclusif, à la jonction de la théorie et de la pratique, par un chassé-croisé entre management, sociologie et éthique et des plongées très régulières dans la vie des organisations (études de cas, recherches-interventions…).

L’entreprise postmoderne sera agile et inclusive, ou elle ne sera pas. L’un ne saurait aller sans l’autre. Car, l’agilité sans l’inclusion céderait aux fantômes du changisme de surface (et donc paradoxalement au fixisme de structure). L’inclusion sans l’agilité risquerait, quant à elle, de mal satisfaire aux injonctions paradoxales et à la volatilité qui connotent notre post-modernité liquide.

Or, par-delà le caractère indissociable de l’agilité et de l’inclusivité, se fait jour la nécessité vitale de la transformation des entreprises en structures agiles et inclusives.
L’entreprise post-moderne sera ainsi appelée à s’affranchir d’un management de défiance, reposant sur la centralisation du pouvoir, le contrôle et le poly-reporting, ainsi qu’à mobiliser une approche agile, fondée sur un humanisme pragmatique et une pratique de la relation.
D’où la nécessité, comme le souligne l’Enquête Confiance&Croissance 2015, de démultiplier les espaces, les temps et les opportunités de dialogue au sein des entreprises (réseaux thématiques, fonctionnels, affinitaires ou de cause, espaces de parole, communautés de pratiques et d’échange, forum de parole, ateliers de créativité, hakathons, working labs...) ainsi que de pratiquer, au quotidien, un management responsable, à la fois éthique, équitable et coopératif (Bruna & Vernay, 2016)2 .

Indissociable d’une praxis de la collaboration fondée sur la circulation de l’information, la capitalisation et le partage des connaissances, le power sharing, la pratique de la délégation et de la coopération en réseaux, l’agir agile et inclusif que nous appelons de nos vœux invite à penser la conciliation entre reconnaissance de l’altérité, respect de la diversité des équipes, et néanmoins recherche de leur cohésion organique et de leur performance économique.

C’est pourquoi une entreprise postmoderne sera appelée à réinvestir pleinement les missions d’intégration sociale et de développement territorial qui lui incombent, dans une triple perspective de prévention des coûts (humains, sociaux et économiques) des discriminations, de recherche d’une croissance soutenable et de poursuite de l’intérêt général.

Il s’agira d’emprunter de manière créative, les chemins de la citoyenneté organisationnelle, en encourageant les initiatives destinées à favoriser la mobilité sociale, l’égalité des chances et l’agilité des parcours, qu’elles émanent de l’entreprise ou de ses salariés, à commencer par les actions de parrainage égalité des chances et de tutorat à l’adresse de lycéens et d’étudiants méritants ainsi que de jeunes talents. Et ce, dans une double perspective d’ouverture sociale et d’accessibilité méritocratique de l’Enseignement Supérieur (dispositifs Cordées de la Réussite) et d’aide à l’intégration professionnelle.

Comme en ont témoigné les dirigeants présents lors du lancement de la Chaire IPAG « Entreprise Inclusive », nombres de firmes, tels les Groupes ENGIE, Casino, Orange, Dalkia et ADECCO, ont développé des dispositifs d’inclusion fondés sur l’alternance (apprentissage et contrats de professionnalisation), des pratiques de parrainage, de bénévolat et de mécénat de compétences.

Soutenues par des organismes tels l’AFMD, les Clubs FACE, NQT ou Passeport Avenir, ces initiatives sont autant de marqueurs de l’implication sociale et sociétale des organisations. Nécessitant de l’implication (le plus souvent bénévole) des collaborateurs, elles sont des révélateurs de l’engagement social de salariés-citoyens, au travail et en dehors du travail. Elles constituent, en outre, des opportunités pour les collaborateurs d’acquérir des compétences et des savoir-faire qui méritent d’être identifiés, référencés et reconnus par les entreprises, y compris en termes de développement personnel et d’avancement professionnel.

Fondées sur l’engagement et un mode d’organisation en réseaux privilégiant le partage de l’information, des savoirs et du pouvoir, les dynamiques coopératives et la réversibilité (et donc la circulation) des fonctions, ces pratiques innovantes se configurent aussi comme des laboratoires d’un management humaniste : agile et inclusif.

1Bruna M.G., Autissier D., Peretti J.M., 2016, « Manœuvrer dans le labyrinthe de la complexité. Réflexions sur l’agir agile et inclusif des entreprises post-modernes », Working paper, Chaire ESSEC du Changement / Chaire IPAG « Entreprise Inclusive ».
2Bruna M.G., Vernay S., 2016 « Capital confiance : briques et leviers de confiance dans les grandes entreprises et ETI françaises » in Duhamel O., Lecerf E. (coord.), L’état de l’opinion 2016, Le Seuil/TNS Sofres, pp.225-244.

 

 

Maria Giuseppina Bruna
Guillaume Bigot
Frédéric Teulon

A propos de Maria Giuseppina Bruna

Professeure-chercheure permanente à l’IPAG Business School, spécialiste du management de la diversité, de l’agilité et de l’inclusion, Maria Giuseppina Bruna, PhD, est Directrice scientifique de la Chaire IPAG « Entreprise Inclusive ».
Intervenante à l'Ecole Nationale d’Administration, elle dirige le programme diversité de l’École des Mines d’Albi-Carmaux, pour lequel elle a reçu la Victoire des Leaders du Capital Humain 2015, Catégorie « Entreprise Publique ». Auteure d’une trentaine d’articles académiques et chapitres d’ouvrages, elle a assuré, avec le prof. Yann Algan, la codirection scientifique de l’enquête Confiance & Croissance 2015 (Confiance&Croissance- TNS Sofres- Institut Montaigne-RAISE). Dans ce cadre, elle a contribué, conjointement avec Sophie Vernay, à l’ouvrage « L’état de l’opinion 2016 » (Le Seuil/TNS Sofres) avec un chapitre sur les briques et leviers de la confiance des cadres français.
Membre du Groupe de Dialogue sur la Lutte contre les Discriminations au Travail et dans l’Emploi installé par les Ministres du Travail et de la Ville, elle siège, en tant que personnalité qualifiée, au Comité d'Orientation de la Fondation "Agir contre l'Exclusion" (FACE) et au Comité Exécutif de la Fondation ENGIE "Agir pour l'Emploi". Lauréate du Programme Découverte Chine 2014 (Ministère Français des Affaires Etrangères/Institut Français de Chine), elle est citée dans le Guide Décideurs « Leadership & Management du Capital Humain 2016 » parmi les 100 Leaders du secteur des Ressources Humaines de l’année 2016.

A propos de Guillaume Bigot

Chef d’entreprise et essaysite français, diplômé de Sciences Po Paris, Guillaume Bigot est Directeur Général du Groupe IPAG Business School et membre fondateur du Comité Orwell avec Natacha Polony.
Politologue et prospectiviste, il est également essayiste et spécialiste en géopolitique.
Parmi ses principaux ouvrages à succès : Les Sept Scénarios de l'apocalypse, Paris, Flammarion, 2000 ; Le Zombie et le fanatique, Paris, Flammarion, 2002 ; Le jour où la France tremblera : Terrorisme islamiste : les vrais risques pour l'Hexagone (avec Stéphane Berthomet), Paris, Ramsay, 2005 ; Toute l’histoire du monde : de la préhistoire à nos jours (avec Jean-Claude Barreau), Paris, Fayard, 2007 ; Toute la géographie du monde (avec Jean-Claude Barreau), Paris, Fayard, 2007 ; La Trahison des chefs, Paris, Fayard, 2013.

A propos de Frédéric Teulon

Economiste réputé internationalement, Frédéric Teulon est Directeur de la Recherche de l’IPAG Business School. Ancien élève de l’École normale supérieure de l’enseignement technique (ENS Cachan), il est un auteur prolifique en économie et sciences de gestion. Parmi ses ouvrages récents : Dictionnaire d’histoire, économie, finance, géographie, PUF, "Major", 2010 ; Croissance, crises et développement, PUF, coll. « Major », 2010 ; Dictionnaire des grands économistes, PUF, coll. « Major », 2009 ; Initiation à la comptabilité nationale, PUF, coll. « Major », 2009 ; Dictionnaire d'histoire, économie, finance, géographie, PUF, coll. « Major », 2008 ; Initiation à la macro-économie, PUF, coll. « Major », 2008 ; La nouvelle économie mondiale, PUF, coll. « Major », 2008 ; Initiation à la micro-économie, PUF, coll. « Major », 2007 ; Croissance, crises et développement, PUF, coll. « Major », 2006 ; Les FFD : la France aux mains des fils et filles de, Bourin éditeur, 2005.

A propos de l' IPAG Business School

L’IPAG Business School est une Business School créée en 1965 qui délivre un diplôme Grade Master visé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Elle est membre de la CGE (Conférence des Grandes Ecoles) et de l'UGEI (Union des Grandes Écoles Indépendantes). L’école compte plus de 2 500 étudiants répartis sur 4 campus : Paris, Nice, Yunnan (Chine) et Riverside (Californie, USA) et 9000 diplômés depuis sa création. Elle dispense 1 Programme Grande Ecole avec 15 spécialisations, 7 Bachelors et 6 MBA. En 2015, l’IPAG a lancé l’IPAG Executive Education, département en charge de ses programmes de formation continue.

Liens :
• Présentation de la Chaire IPAG « Entreprise Inclusive »
• Vidéo de la soirée de lancement de la Chaire IPAG Entreprise Inclusive. Tables-rondes sur le thème : Vers une Entreprise Agile et Inclusive : diversité, relations, innovation, IPAG Business School / AFMD, Paris, 30 Mars 2016.
• Programme de formation continue IPAG-AFMD « Diversité & Inclusion »
• Rapport de recherche l’Enquête Confiance& Croissance 2015, réalisée sous la direction scientifique de Yann Algan et Maria Giuseppina Bruna, par le cabinet Confiance&Croissance (Sophie Vernay, présidente) et l’Institut TNS Sofres (Emmanuel Rivière & Carine Marcé).
• M.G Bruna, J. M. Peretti, Z.Yanat, 2016, « Les nouveaux défis de la diversité : totems à dépasser et paris à relever », RIHME, n°20, pp.68 – 88.
• Site de l’Association Française des Managers de la Diversité
M.G. Bruna & M. Zoberi, 2016,« Quand la diversité fait croître l’entreprise », Les Echos, Le Cercle, 17 mai.

CGE – Conférence des Grandes Écoles - 11 rue Carrier-Belleuse 75015 Paris
Tél. : 01 43 26 25 57 - Contact : info@cge.asso.fr - Site Internet : www.cge.asso.fr

Pour recevoir notre lettre d’information, inscrivez votre email ci-dessous :

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à la gestion de la lettre d’information « Grand angle ». Les destinataires des données sont les membres du service communication de la CGE. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à CGE – Rédaction Grand Angle, 11, rue Carrier-Belleuse 75015 Paris.
Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.