Grand Angle - Conférence des Grandes Ecoles

Grand Angle

La lettre d'information de la Conférence des Grandes Écoles

N°63
juin 2015

Imprimer la page
Lettres d'informations précédentes

Les mathématiques : bientôt une technologie-clé ?

Big Data, modélisation, calcul intensif, modélisation-simulation-optimisation (MSO), algorithmes, fiabilité, statistiques, cryptographie... Autant de spécialités qui répondent aux besoins de secteurs en évolution et où la complexité est croissante : l'automobile, l'aéronautique, les sciences du vivant et la santé, les TIC, le bâtiment, la finance, l'assurance, la chimie, les matériaux, les procédés, l'énergie, l'environnement, l'agroalimentaire, etc. Les mathématiques sont partout sans que l'on sache vraiment à quelle hauteur se situe leur contribution.

Après le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l'Australie et le Canada, la France vient de faire réaliser, par le cabinet de conseil en stratégie CMI, une étude de l'impact socio-économique des mathématiques sur son territoire. Commanditée par AMIES, l’Agence pour les Mathématiques en Interaction avec l’Entreprise et la Société, en partenariat avec la FSMP, la FMJH, et avec le soutien des labex de mathématiques, cette étude souhaitait :
- Mesurer l’impact socio-économique, direct et indirect, des mathématiques en France en objectivant la contribution économique actuelle et potentielle des mathématiques au développement industriel et à l’innovation.
- Analyser les liens entre entreprises et expertises en mathématiques pour éclairer les responsables des programmes de recherche et du management dans les entreprises sur l’importance accrue des mathématiques.
- Préciser les domaines thématiques ainsi que les outils qui devraient être développés pour une meilleure synergie entre mathématiques et entreprises afin de soutenir la mise en visibilité de l’excellence mathématique française.

Une forte interaction des mathématiques
Dévoilé le 27 mai 2015, le rapport (téléchargeable ici) identifie clairement les mathématiques comme une science à la pointe de la recherche publique française. Elle fait partie, rappelons-le, du top 3 des publications les plus citées à 2 ans dans le monde (8,5%).
Cette force de recherche s'exprime également puissamment dans ses interactions avec d'autres disciplines. Les mathématiques avancées sont primordiales pour le développement des technologies clés reconnues comme telles en tant que leviers stratégiques pour la compétitivité des entreprises : sur les 85 technologies répertoriées, 37 voient leurs progrès conditionnés de façon significative par des avancées dans le domaine mathématique, contribuant ainsi à la compétitivité française. L’implication des mathématiciens dans les travaux de recherche peut s'avérer incontournable dans la levée de verrous technologiques. Economiquement parlant, la valeur ajoutée apportée par les mathématiques en France représente 285 milliards d’euros, soit 15% de la valeur ajoutée française. Le nombre d’emplois impactés directement par les mathématiques en France s’élève à 2,4 millions, soit 9% du nombre total d’emplois en 2012, tous secteurs d’activités confondus. Ce n'est pas rien !
Cependant, et malgré l’excellence de la recherche mathématique française mondialement reconnue, son interaction avec le monde industriel est encore trop peu lisible. Les mathématiques fournissent pourtant des outils incomparables en introduisant calculs, statistiques et probabilités
comme nouvelles ressources pour l'entreprise. Elles offrent un cadre logique et cohérent pour l'industrie et un formalisme universel pour l'analyse, la simulation, l'optimisation et le contrôle des procédés industriels. Couplées à l'informatique, et en interaction avec les sciences du secteur applicatif concerné, elles permettent de construire et de manipuler des modèles complexes, de proposer des simulations numériques, et d'optimiser les solutions, trois éléments à la base de la création de valeur dans l’industrie et les services.

Différentes initiatives menées depuis plusieurs années – par AMIES, par les Maisons de la simulation, par d'autres LabEx –, s'attachent avec succès à structurer les relations recherche-industrie afin de renforcer la compétitivité des entreprises. Il s'agit d'un travail à long terme.

Une formation riche de débouchés
La place significative des enseignements "en et par les mathématiques" dans les formations initiales est également une piste pour favoriser l'appropriation des mathématiques par les entreprises. Avec 3 diplômés sur 4 d’un master en mathématiques travaillant dans le secteur privé, il y a fort à parier qu'ils seront d'excellents ambassadeurs de cette science diffusante.
L'étude souligne le niveau d'insertion extrêmement élevé à la sortie des formations intégrant les mathématiques. Le taux d’insertion des diplômés de niveau master en mathématiques est supérieur à la moyenne nationale. En effet, 30 mois après leur diplôme, 96% des masters mathématiques et 98% des masters MASS – Mathématiques Appliquées et Sciences Sociales ont un emploi, contre 89% des masters toutes disciplines confondues. Les docteurs en mathématiques sont, quant à eux, les plus épargnés du chômage. Seulement 6% des docteurs en mathématiques diplômés en Ile-de-France en 2013 sont en recherche d’emploi un an après l’obtention de leur doctorat. La plupart avaient même signé un contrat de travail avant leur soutenance (59%).

Une technologie clé en devenir ?
La contribution, invisible, directe ou indirecte, mais primordiale des mathématiques dans le développement des technologies clés et/ou produits, procédés et services qui transforment le quotidien, devrait jouer en faveur d’une reconnaissance large de leur intérêt stratégique à l’échelle européenne ; au même titre, probablement que les six technologies clés génériques (nanotechnologies, microélectronique, biotechnologie, photonique, matériaux avancés, systèmes de production / fabrication avancés) fléchées dans le cadre du programme cadre Horizon 2020. Les entreprises prennent déjà conscience de l'importance stratégique des mathématiques. La première matinale de l'innovation, organisée par le MEDEF le 30 janvier 2015, affirmait ainsi dans son intitulé : " Mathématiques - technologie clé " !

C'est à nous, acteurs des mathématiques, de porter cette vision et de poursuivre la mise en visibilité des mathématiques, notamment au bénéfice de nos entreprises. Nous sommes convaincus que les mathématiques sont un véritable moteur d'innovation. Et qu'elles ont un rôle essentiel à jouer pour relever les défis industriels et sociétaux auxquels nous serons de plus en plus soumis dans le futur : santé publique (e-santé), énergie et environnement, société de la connaissance, mobilité, connectivité...

Agissons pour multiplier les interactions des mathématiques avec la société ! N'hésitez pas à contacter AMIES, l'Agence Maths-entreprises et son réseau de facilitateurs.
Plus d'informations : www.agence-maths-entreprises.fr

 


Stéphane Cordier
Directeur d'AMIES

Quelques chiffres

  • 6 600 étudiants inscrits en master en mathématiques sur l'année scolaire 2012-2013.
  • 7 780 étudiants formés par les mathématiques dans d'autres disciplines (56%), des masters d'informatique (13%), de statistiques (6%) et d’économie (5%). 
  • 21,1% des étudiants inscrits dans des formations courtes (Bac+2 - Bac + 3) mobilisent significativement les mathématiques : 56% des DUT, et 10,4% des BTS, par exemple.
  • 8 diplômés d’écoles d’ingénieurs sur 10 sont embauchés moins d'un an après leur diplôme, et 94% après deux ans.
CGE – Conférence des Grandes Écoles - 11 rue Carrier-Belleuse 75015 Paris
Tél. : 01 43 26 25 57 - Contact : info@cge.asso.fr - Site Internet : www.cge.asso.fr

Pour recevoir notre lettre d’information, inscrivez votre email ci-dessous :

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à la gestion de la lettre d’information « Grand angle ». Les destinataires des données sont les membres du service communication de la CGE. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à CGE – Rédaction Grand Angle, 11, rue Carrier-Belleuse 75015 Paris.
Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.