Grand Angle - Conférence des Grandes Ecoles

Grand Angle

La lettre d'information de la Conférence des Grandes Écoles

N°63
juin 2015

Imprimer la page
Lettres d'informations précédentes

Femmes & sciences - femmes et mathématiques

Deux associations animées par des femmes remarquables mènent des actions, tiennent des conférences et participent à des débats;  leurs convictions : l'apprentissage des mathématiques cultive des compétences qui facilitent une formation tout au long de la vie; les femmes peuvent et doivent s’engager dans des carrières scientifiques et celles qui le font réussissent aussi bien que les hommes.

Donner aux filles l’ambition de devenir des scientifiques

L’association « Femmes & Sciences », créée en 2000 (voir Grand Angle n° 55) a pour buts de :
- renforcer la position des femmes exerçant des carrières scientifiques et techniques dans les secteurs publics et privés ;
- promouvoir l’image des sciences chez les femmes et l’image des femmes dans les sciences ;
- inciter les jeunes, et en particulier les jeunes filles, à s’engager dans les carrières scientifiques et techniques.

Nos actions auprès des jeunes sont menées en commun avec les associations amies femmes et mathématiques et Femmes Ingénieurs, et en région grenobloise avec l’APMST (Association pour la parité dans les métiers scientifiques et techniques). Nous intervenons à la demande des enseignants dans des classes ou lors de forums des métiers, pour témoigner de notre expérience de femmes scientifiques et pour communiquer notre passion pour notre profession. En 2014, les membres de l’association Femmes & Sciences ont rencontré 7 200 jeunes à travers la France, principalement en Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Alsace et Midi-Pyrénées.
En classes préparatoires, nous intervenons lors de tables rondes de présentation de métiers, comme cela a été le cas à Paris aux lycées Claude Bernard (2014) ou Saint-Louis (2015). Il y a peu d’évènements car le temps manque en prépa. Nos amies de l’association femmes et mathématiques organisent des journées Filles et maths, une équation lumineuse, suivies par des étudiantes de classes préparatoires.

L’essentiel de notre activité se situe en amont des classes préparatoires, au lycée et en collège. Nous montrons aux jeunes comment la science est partout, dans la recherche comme dans notre vie quotidienne et nous cherchons à les convaincre, en particulier les filles, que si les sciences et les techniques les intéressent un tant soit peu, elles et ils peuvent en suivre les études et en faire leur métier : les jeunes d’aujourd’hui sont aussi capables que celles et ceux qui les ont précédés ! Ce discours, qui vise à donner de l’ambition aux jeunes, est très important dans des établissements de quartiers socialement moins favorisés, où les exemples de femmes scientifiques ne sont pas nombreux et où nous espérons ainsi encourager l’orientation vers les études supérieures longues et les classes préparatoires. Dans les lycées de « centre-ville », nous montrons plutôt que les métiers scientifiques accompagnent une passion qui durera toute la vie professionnelle, à la différence d’autres a priori plus lucratifs.

Pour toucher un public géographiquement dispersé, et nous adresser aux jeunes à l’aide d’un support qui leur est plus proche, depuis deux ans nous avons réalisé des vidéos d’interviews de jeunes femmes scientifiques, chercheuses, ingénieures ou techniciennes supérieures, mises en ligne sur la chaîne YouTube https://www.youtube.com/user/FemmesetSciences/ Ces femmes témoignent de leur métier et également de l’articulation entre leurs vies professionnelle et personnelle, un point qui questionne particulièrement les jeunes.
Par ailleurs, les enseignants et les parents ont un rôle notable dans l’orientation des jeunes. Nous nous adressons à eux dans un document qui cherche à démonter les stéréotypes limitant les ambitions des jeunes et surtout des filles et les détournant des voies scientifiques, présumées trop difficiles pour certain-e-s.

En conclusion, nous pensons que la décision des filles à aller en classes préparatoires scientifiques est pour beaucoup le résultat d’une suite de rencontres et de contacts avec des personnes « modèles » et qu’il faut intervenir largement en amont pour créer chez elles un goût pour les sciences, en insistant sur leur utilité sociétale. Les choix des jeunes étant influencés par ce que leur entourage et leurs enseignants leur disent, il convient également de convaincre parents et enseignants du bien-fondé d’un tel choix.

 



Claudine Hermann
Présidente d'honneur de l’association Femmes & Sciences 

A propos de Claudine Hermann

Claudine Hermann est ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Jeunes Filles (Promotion 1965), agrégée de physique, docteure ès sciences. Après avoir enseigné 10 ans à la préparation à l’agrégation de physique de l’ENS, elle a été Maître de Conférences, puis professeure de physique à l’École polytechnique et elle est à la retraite depuis début 2006. Elle a consacré ses travaux de recherche à l’optique des solides. Elle a été la première femme à être nommée professeure à l’École polytechnique (1992). Depuis lors, parallèlement à ses activités de physicienne, elle s’est intéressée à la situation des femmes scientifiques en Europe occidentale et s’est engagée dans la promotion des carrières scientifiques auprès des jeunes filles et plus généralement auprès des jeunes, par le biais de publications et de conférences, en France comme à l’étranger. Elle a collaboré régulièrement avec la regrettée Huguette Delavault, professeure d’université en mathématiques à Paris. Elle a été membre fondatrice et première présidente (2001-2004) de l'association Femmes & Sciences, dont elle est maintenant présidente d’honneur. De 2005 à 2014, elle a été membre du Conseil d’administration de la Fondation d’entreprise EADS et de 2006 à 2010 elle a été membre du conseil scientifique de la Cité des Sciences et de l’Industrie de La Villette à Paris.

Elle a été, de 1999 à fin 2005, représentante française dans le groupe des fonctionnaires nationaux Femmes et Sciences (dit "groupe d'Helsinki") de la Direction Générale Recherche de l'Union européenne. Elle est vice-présidente de la Plateforme européenne des femmes scientifiques (European Platform of Women Scientists-EPWS), association dont les membres sont des associations de femmes scientifiques, et qui regroupe actuellement une centaine d’associations et représente ainsi 12 000 femmes scientifiques à travers l’Europe.

Elle est auteure de 85 publications en physique, de 45 publications dans le domaine de la promotion des sciences pour les jeunes et de l’analyse de la situation des femmes dans les carrières scientifiques et techniques.

Les Mathématiques : importance et réalité

Au cours de l’histoire, le potentiel intellectuel des femmes a été mis en doute, bafoué, nié. Pourtant, à toutes les époques, certaines d’entre elles ont bravé les interdits, ont réussi à accéder à des connaissances de haut niveau, voire même à en produire dans des domaines variés, et parfois sont devenues célèbres.
Cela signifie que, depuis ses débuts, l’humanité s’est privée des compétences de la moitié de ses membres.

De nos jours, dans un grand nombre de pays, il est considéré comme normal pour les femmes d’accéder à toutes les connaissances, et en théorie à tous les emplois.
En France, la généralisation de la mixité en 1975 dans l’enseignement primaire et secondaire laissait espérer une évolution vers l’égalité entre les femmes et les hommes dans la formation, l’orientation et l’accès à toutes les professions.
Quarante ans plus tard, des avancées importantes ont eu lieu, mais certains domaines demeurent très peu mixtes, en particulier les mathématiques.

L’importance des mathématiques dans notre société devrait s’imposer, à tous et à toutes. Les mathématiques sont un instrument irremplaçable de formation à la rigueur et au raisonnement ; elles développent l’intuition, l’imagination, l’esprit critique ; elles sont aussi un langage universel, et un élément fort de la culture. Elles jouent en outre, par leurs interactions avec les autres sciences et par leur capacité à décrire et expliquer des phénomènes complexes mis en évidence dans la nature et dans le monde technologique, un rôle grandissant dans notre vie quotidienne. Cet état de fait est bien souvent ignoré ou du moins minoré par la majorité de nos concitoyens, pour qui les mathématiques sont une discipline abstraite, qui n’évolue plus, figée et qui a peu à voir avec le monde réel.
Les idées reçues sur les mathématiques sont nombreuses. Celles sur les personnes qui en font le sont encore plus.
Depuis une quinzaine d’années, les mathématicien-ne-s ont éprouvé le besoin de communiquer sur leur discipline en pleine expansion. Une des premières initiatives fut la publication de l’Explosion des Mathématiques en 2002. Puis le colloque Math à venir 2009 et de nouvelles brochures : Zoom sur les métiers des mathématiques, L’explosion continue, et la plus récente le Zoom sur les métiers des mathématiques et de l’informatique.
L’association femmes et mathématiques a participé à plusieurs de ces initiatives.

L’enseignement des mathématiques au collège et au lycée a pour but de donner à chaque élève la culture mathématique indispensable pour sa vie de citoyen ou citoyenne et les bases nécessaires à son projet de poursuite d’études.
L’apprentissage des mathématiques cultive des compétences qui facilitent une formation tout au long de la vie et aident à mieux appréhender une société en évolution. Au-delà du cadre scolaire, il s’inscrit dans une perspective de formation la plus complète possible de l’individu.

La réalité oblige à constater que, si « l’élève » est considéré comme un individu neutre,
le système fonctionne au masculin. Les filles d’aujourd’hui ont prouvé qu’elles sont tout aussi capables que les garçons de réussir dans tous les domaines d’études, mais des freins de différentes natures existent à tous les niveaux.

Parce que les filles n'ont pas les mêmes parcours scolaires que les garçons, parce que les stéréotypes véhiculés par la société sur les rôles et les compétences différenciés selon le sexe sont intériorisés, parce qu'à niveau égal, elles ne s'engagent pas autant que les garçons dans les filières scientifiques et techniques, il est nécessaire de les encourager, de leur donner confiance et de leur ouvrir le champ des possibles.

Face à cette situation, les actions menées par l’association femmes et mathématiques sont nombreuses et variées.
Elle joue un rôle d’alerte auprès des instances officielles.
Elle crée des documents, souvent en partenariat avec d’autres organisations : Les femmes et les sciences … au-delà des idées reçues, ainsi que ceux préalablement cités…
Elle organise des actions spécifiques, comme les journées « Filles et maths : une équation lumineuse » et le « Forum des jeunes mathématiciennes ».

Appel : pour nos actions auprès des élèves du secondaire, nous sollicitons des étudiantes des Grandes écoles qui accepteraient de venir témoigner de leur parcours.

 

Annick Boisseau et V.Slovacek-Chauveau

A propos de femmes et mathématiques

Depuis sa création en 1987, l’association femmes et mathématiques a pour objectifs d’encourager la présence des filles dans les études mathématiques et, plus généralement, scientifiques et techniques, d’agir pour la parité dans les métiers des mathématiques et pour le recrutement de plus de femmes en mathématiques dans les universités et les organismes de recherche. Elle s’efforce de sensibiliser la communauté scientifique et éducative à la question de l’égalité femme/homme.

http://www.femmes-et-maths.fr/

CGE – Conférence des Grandes Écoles - 11 rue Carrier-Belleuse 75015 Paris
Tél. : 01 43 26 25 57 - Contact : info@cge.asso.fr - Site Internet : www.cge.asso.fr

Pour recevoir notre lettre d’information, inscrivez votre email ci-dessous :

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à la gestion de la lettre d’information « Grand angle ». Les destinataires des données sont les membres du service communication de la CGE. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à CGE – Rédaction Grand Angle, 11, rue Carrier-Belleuse 75015 Paris.
Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.