Grand Angle - Conférence des Grandes Ecoles

Grand Angle

La lettre d'information de la Conférence des Grandes Écoles

N°55
octobre 2014

Imprimer la page
Lettres d'informations précédentes

Claudie Haigneré, Présidente d’Universcience

Depuis cinq ans, j’ai l’honneur de présider un magnifique établissement de culture scientifique, technique et industrielle, Universcience. Une mission qui me conduit à réfléchir chaque jour sur la meilleure manière de faire partager le plaisir de la science et des techniques, d’éveiller la curiosité et de faire comprendre leurs enjeux aux publics de tous les âges.
C’est à mon sens un objectif essentiel : nous avons besoin des sciences et des technologies pour répondre aux grandes problématiques de notre monde (changement climatique, défis énergétiques, sécurité alimentaire, allongement de la durée de vie...). Ces grands défis nous concernent toutes et tous et les femmes doivent apporter leur intelligence et leur talent sur ces sujets.
Pourtant, en dépit d’un cadre législatif incitatif, les femmes demeurent sous-représentées dans certaines filières d’études et dans les carrières scientifiques, plus particulièrement dans les sciences « dures » comme la physique, les mathématiques et l’informatique. Les jeunes femmes conservent en effet des choix d’orientation très stéréotypés vers des métiers « que l’on dit et que l’on pense plus féminins ». Des choix qui ont pour conséquence non seulement de les empêcher de découvrir des métiers passionnants mais également de limiter leur employabilité, leur progression de carrière et leur niveau de rémunération. Plus encore, certaines d’entre elles manquent de confiance en elles et n’osent pas choisir certains métiers.
Il convient aujourd’hui de changer la donne.

L’égalité entre les femmes et les hommes, c’est en effet à la fois une force, une chance et une nécessité pour la science, les technologies mais aussi pour l’ensemble de notre société. Elle est créatrice d’approches différentes, sources d’autant de créativité et d’inventivité.
L’éducation est au cœur du processus pour faire évoluer les mentalités. Les lieux d’éducation informelle, notamment, doivent s’impliquer. C’est le cas d’Universcience.
Notre mission est de faire en sorte que la culture scientifique soit accessible à tous et en particulier aux jeunes filles, qui doivent prendre conscience dès le plus jeune âge qu’il n’existe pas de métiers inaccessibles pour elles et que l’on peut rêver tous les avenirs. Nous avons engagé une démarche novatrice pour prendre en compte cette question dans nos offres culturelles en étant attentifs à ne pas véhiculer des stéréotypes, voire à les déconstruire. Et puis, parallèlement, nous nous engageons, notamment au sein de la Cité des métiers, à donner aussi aux jeunes filles une meilleure information et orientation professionnelle vers les formations scientifiques. Car la diversité des parcours et des métiers ouverts après une formation dans le domaine des sciences et de l’ingénierie n’est pas assez valorisée et très souvent méconnue.
La Charte Universcience pour l’égalité des femmes et des hommes dans le domaine des sciences et des technologies, que j’ai eu l’honneur de signer le 25 mars dernier, avec les ministres de la culture et de la communication, de la recherche et de l’enseignement supérieur et des droits des femmes, a marqué notre engagement dans une démarche globale volontariste de promotion de la place des femmes dans les sciences, la recherche et l’innovation.
L’autre étape, c’est la promotion des rôles modèles dans lesquelles les jeunes filles puissent s’identifier. Il faut croire au pouvoir incitatif des modèles de réussite. Les femmes scientifiques doivent témoigner, partager leurs expériences, elles doivent s’engager. S’engager pour inspirer à leur tour d’autres jeunes femmes, pour leur montrer la voie de l’excellence et du progrès.
Pour conclure, si j’avais un message à transmettre aux jeunes générations qui me lisent, et notamment aux jeunes femmes, je souhaiterais leur dire : « Ayez de l’audace, ayez confiance en vous-même et donnez-vous les moyens d’aller où vous le souhaitez ».

 

Claudie Haigneré
Présidente d’Universcience

Télécharger

Egalité femmes hommes universc
CSI Expilly

Claudie Haigneré, Présidente d’Universcience

Claudie Haigneré est, depuis le 16 février 2010, Présidente d’Universcience, l’établissement public du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l’industrie.
Elle est également Vice‐Présidente du fonds de dotation Universcience Partenaires.
Claudie Haigneré docteur en médecine, titulaire de certificats d’études spécialisées en rhumatologie et en médecine aéronautique et spatiale biomécanique et physiologie du mouvement et d’un Doctorat ès Sciences, Docteur Honoris Causa de l’Ecole Polytechnique de Lausanne et de la Faculté de Mons.

A 57 ans, elle est aujourd’hui la première femme astronaute française et européenne.
A ce titre, elle a effectué deux vols, respectivement à bord de la station spatiale russe MIR en 1996 (mission Cassiopée CNES Centre national d’études spatiales) et de la Station spatiale internationale – ISS (mission Andromède ESA : Agence spatiale européenne) en 2001.
Membre de l’Agence spatiale Européenne (ESA), elle était la seule femme du corps des astronautes européens jusqu’en 2008.
Claudie Haigneré a également été Ministre déléguée à la Recherche et aux nouvelles Technologies de 2002 à 2004 puis aux Affaires européennes de 2004 à 2005.
Avant d’assurer la présidence d’Universcience, Claudie Haigneré a été conseiller du Directeur général de l’Agence spatiale européenne de 2005 à 2009.
Claudie Haigneré a initié et dirigé un ouvrage intitulé Plaidoyer pour réconcilier les sciences et la culture (2010). Elle est également l’auteure d’un ouvrage intitulé Lettre à tous ceux qui aiment l’école (2003) ainsi que de multiples chroniques et articles scientifiques et médicaux.

Membre de l’Académie des technologies, de l’Académie de l’air et de l’espace, de l’Académie des sports et vice-présidente de l’IAA (International Academy of Astronautic), Claudie Haigneré est par ailleurs administrateur de France Télécom, de Sanofi Aventis et de plusieurs fondations qui ont toutes un rapport avec la science et les jeunes : Fondation C. Génial, Fondation Lacoste, Fondation L’Oréal, Fondation de France.

Claudie Haigneré est marraine de la Cité de l’espace de Toulouse, de l’Institut de myologie de la Pitié-Salpêtrière et soutient plusieurs associations de santé comme les maisons de parents pour enfants hospitalisés, l’Alliance des maladies rares ou bien encore l’association Kourir des enfants atteints de polyarthrite juvénile.
Commandeur de la Légion d’Honneur, elle a reçu d’autres distinctions étrangères, russes et allemandes. Auteure de multiples chroniques et articles scientifiques et médicaux, Claudie Haigneré est aussi férue d’art contemporain (peinture, sculpture), de golf et de lecture. Elle a également pratiqué la gymnastique sportive en compétition.

CGE – Conférence des Grandes Écoles - 11 rue Carrier-Belleuse 75015 Paris
Tél. : 01 43 26 25 57 - Contact : info@cge.asso.fr - Site Internet : www.cge.asso.fr

Pour recevoir notre lettre d’information, inscrivez votre email ci-dessous :

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à la gestion de la lettre d’information « Grand angle ». Les destinataires des données sont les membres du service communication de la CGE. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à CGE – Rédaction Grand Angle, 11, rue Carrier-Belleuse 75015 Paris.
Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.